Nigeria : un environnement hostile aux PME

Version imprimableVersion imprimable
Nigeria : un environnement hostile aux PME

La récente publication de l’indice Doing Business 2015, par la Banque mondiale, mesurant la facilite de faire des affaires, a montré combien il est frustrant de posséder et d'exploiter une petite et moyenne entreprise (PME) au Nigeria en 2015. Le lien relatif entre les PME, la croissance économique et la lutte contre la pauvreté ne peut être négligé en ce qui concerne le renforcement d'une économie.

Ainsi, une révision politique importante s’impose pour la nouvelle administration au Nigeria, et consisterait à redéfinir le rôle du gouvernement pour aider à améliorer l'état de la libre entreprise dans l'économie, et permettre ainsi le renforcement d’une croissance soutenue de l'économie nationale. Cela pourrait être considéré comme un effort prioritaire lors des nominations ministérielles sur lesquelles l'administration actuelle est en train de délibérer.

Dans un document de travail intitulé, la croissance des PME et la pauvreté (Beck, Demirgüç-Kunt et Levine, 2005), publié par le Bureau national de recherche économique (NBER), il est démontré que les PME exercent un impact relatif sur la croissance économique et qui inévitablement, selon les auteurs de cette étude, contribue à soutenir et renforcer la classe moyenne dans l'économie nigériane.

Cependant, la réflexion sur l’indice de facilité des affaires de la Banque mondiale (Doing Business Index), pose la nécessité de détailler les difficultés actuelles rencontrées par les opérateurs des PME, et qui empêchent le bon fonctionnement de leurs entreprises au Nigeria. L’enregistrement d'une entreprise au Nigeria, avec Lagos comme cas d’étude, coûte 15 000 Naira plus un droit de timbre de 0,75%, selon le rapport de la Banque Mondiale. Pourtant, 454 475 Naira et un permis de développement délivré par l’Autorité de planification des permis de l’Etat de Lagos (LASPPPA) d’une valeur de 7 100 616 Naira, sont nécessaires pour obtenir un permis de construction.

Néanmoins, un propriétaire ambitieux de PME doit encore passer l'obstacle de l'obtention de l'alimentation en électricité fournie par l'Etat totalisant des millions de Naira y compris le payement de la redevance de connexion, d'équipement extérieur et d'installation d’environ 1 559 250 Naira, plus un certificat d'inspection à Eko Electricity Distribution Company totalisant environ 575 000 Naira. Pourtant, ca ne s’arrête pas . Il existe encore l'impasse bureaucratique de l'enregistrement de la société qui prend quelques mois avec ses coûts associés. Ensuite, il y a le coût des obligations fiscales et la difficulté du commerce transfrontalier.

La question est : pourquoi nous rendons si incroyablement difficile la tâche à ceux qui contribuent à la croissance et au développement de notre économie à travers tous ces coûts et ces procédures longues et compliquées ?

Comme le régime démocratique actuel est en train de s’installer, cela pourrait être une question importante qui mérite d'être étudiée. Le rapport cité classe le Nigeria  à la 170e place sur 189 économies. Les difficultés rencontrées atteignent leur paroxysme lorsque de nombreux entrepreneurs potentiels de petites entreprises essayent de dépasser tous ces obstacles à la création de leur entreprise tout en relevant les défis inhérents à maintenir leur business opérationnel et rentable.

La réforme de l'environnement des affaires pose un grand défi pour le développement du secteur privé et, par extension, la création d'emplois et de meilleurs moyens de subsistance, comme cela a été justement souligné dans le rapport de la Banque Mondiale. Avec une meilleure facilité de faire des affaires, beaucoup plus de personnes seront sauvées du chômage, et en même temps beaucoup plus de familles pourront bénéficier des nombreuses opportunités d'emploi. Avec le taux de chômage actuel d’environ 7,5%, selon le Bureau national des statistiques, un environnement des affaires réformé ouvrira la voie à la réduction de la criminalité, et augmentera l'intérêt à la poursuite d'études supérieures avec une augmentation éventuelle du niveau des citoyens « éclairés ».

On ne pourrait qu’être d'accord avec certains leaders de l'opinion publique qui ont toujours déploré l'état de jeunes chômeurs, et à juste titre soutenu par des institutions internationales de recherche à travers des analyses sur le terrain. Ainsi, un effort visant l’amélioration de la facilité de faire des affaires au Nigeria pourrait avoir un effet positif sur les multiples facettes de nombreux défis posés par la pauvreté et l'insécurité et l’émergence d’une population beaucoup plus éclairée dans le système politique.

J'espère que le Président Buhari prendra cela en haute considération, car il sélectionne ses lieutenants dans son effort de rajeunissement du Nigeria. Il est impératif que ceux qui seront responsables du développement économique dans son équipe se penchent sérieusement sur le rôle des PME pour avoir une croissance économique soutenue, une classe moyenne robuste et une amélioration de la sécurité du pays.

En résumé, il convient de noter que « la richesse d'une nation se mesure alors, non pas par la puissance de ses dirigeants ou les lingots d’or dans le trésor de l'Etat, mais par l'accès à la richesse de tout membre, choisi au hasard, au sein de cette société » (Tom Palmer, 2014). Une meilleure facilité de faire des affaires, je crois, est capable de rendre un tel rêve une réalité.

Ahmed Williams, analyste pour Africanliberty.org. Article initialement publié en anglais par African Liberty – Traduction réalisée par Libre Afrique – Le 21 octobre 2015.