Derniers billets

Salaire minimum en Afrique du Sud : un crime contre les pauvres

Le salaire minimm entraine une hausse du chômage

Le salaire minimum national est un crime contre les pauvres d’Afrique du Sud, car il leur interdit formellement d'accepter tout salaire inférieur au plancher fixé par le gouvernement. Pourquoi exclure certaines personnes susceptibles de travailler en raison du salaire minimum ? Ce prix artificiel réduit l’offre d’emploi de la part des entreprises. Cette idée, tout droit sortie de l'esprit de certains universitaires travaillant pour des universités telles que Wits (Witwatersrand), exclue de fait les moins diplômés et les personnes sans expérience.

L’aide à l’Afrique, sabotée par la corruption

Pas plus tard qu'hier, alors que je réfléchissais à l'opportunité de faire un don à une organisation à but non lucratif, quelques pensées me traversèrent l'esprit. Premièrement, cette organisation défend-t-elle une cause que je soutiens? Et deuxièmement, puis-je être sûr que mon argent sera entre de bonnes mains et qu’il sera utilisé à bon escient?

Pillage de l’Afrique : les multinationales seules responsables ?

Le pillage de l’Afrique consiste à dépouiller, de manière violente et destructive, le continent de ses biens, notamment de ses richesses du sous-sol, au détriment de la loi et des droits de propriété. Depuis la conquête de l’Afrique et durant la colonisation, beaucoup de richesses ont quitté le territoire africain. Depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui ce fléau persiste. Pourquoi ?

Côte d’Ivoire : Comment arriver à bout de l’incivisme ?

Depuis plusieurs années, l’on constate la montée en puissance de l’incivisme (manque de dévouement pour le bien de la nation). Il se manifeste notamment à travers la destruction de biens et d’édifices publics, le non-respect des institutions et symboles de la république, la corruption endémique et la violence sous toutes ses formes. Ces comportements inciviques n’ont pas émergées ex nihilo. Ils découlent de la triple crise politique, économique et de confiance dans les institutions. Comment stopper l’incivisme  grandissant dans le pays?

Soudan : aux sources de l’imbroglio

Près de deux mois après la démission, sous pression, de l'ancien dirigeant soudanais, Omar Al-Bashir, les efforts politiques déployés pour faire avancer le pays se trouvent toujours dans une impasse meurtrière. L'horrible attaque de l'armée soudanaise contre des manifestants, le 3 juin dernier, n'est que l'une des nombreuses manoeuvres répressives de l'armée visant à intimider les manifestants, en particulier dans les villes clés d'Omdurman et de Khartoum. Comment expliquer cette situation ?