Derniers billets

Botswana : des solutions pour sauver les éléphants ?

Sauvegarde des éléphants au Botswana

Au milieu des années 90, le Botswana comptait 50 000 éléphants. Depuis lors, cet effectif a explosé pour atteindre plus de 130 000 éléphants, en partie grâce à l'interdiction de la chasse. À présent, les éléphants du Botswana représentent un danger pour la vie des populations et pour les biens. Ainsi, en mai dernier, le gouvernement a levé l’interdiction de chasser, ce qui a provoqué l'indignation de plusieurs Botswanais, mais pas de ceux des zones rurales, qui ont été témoins de la destruction de leurs biens, de la mort de leurs voisins et de la perturbation de leur vie à cause des éléphants. Le président Masisi affirme que la chasse contrôlée transformerait les éléphants de parasite en une valeur économique, ce qui pourrait faciliter leur sauvetage.

Le Zimbabwe est de retour sur le chemin de la croissance !

Après des décennies de stagnation économique et de pauvreté, l'économie zimbabwéenne retrouve à nouveau la croissance. Une croissance économique induite par les mesures déployées par le président Emmerson Mnangagwa, parmi lesquelles figure la Vision 2030 et le Programme de stabilisation transitoire. Bien que ces réformes rapportent déjà des dividendes, il est impératif que l’administration veille à ce que ces dividendes soient bâtis sur des fondements solides de libertés civiques, politiques et économiques garantissant leur durabilité.

Zone de libre-échange : l’Afrique au secours des États-Unis ?

La ZLEC favorable à l'Afrique et aux USA

Le continent le plus pauvre du monde est sur le point de donner un coup de main aux États-Unis. Récemment, l’Afrique a mis en place la plus grande zone de libre-échange du monde, ce qui est une excellente nouvelle pour la politique étrangère américaine. En décembre dernier, le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a dévoilé un plan pour l’administration Trump intitulé Stratégie pour l’Afrique.

Chefferie traditionnelle en Afrique : vecteur de bonne gouvernance ?

La chefferie traditionnelle peut améliorer la gouvernance en Afrique

Le leadership traditionnel a été considéré dans de nombreuses communautés africaines comme non démocratique et androcentrique. De nombreux auteurs ont fait valoir que la gouvernance traditionnelle ne tenait pas compte des intérêts des femmes et ne renforçait pas leur implication dans la gouvernance. En dépit de cette idée dominante, le leadership traditionnel peut être intégré avec succès dans l'architecture de gouvernance moderne de l'Afrique. Pourquoi?

Afrique du Sud : comment stopper la mortalité des entreprises ?

Forte moratlité des entreprises privées en Afrique du Sud

Les statistiques des liquidations et des faillites au mois d’avril en Afrique du Sud, publiées par l’institut national « Stats », brossent un tableau très sombre. Le nombre de liquidations d'entreprises a augmenté de 53,1% entre avril 2018 et avril 2019. Quant au nombre de faillites, il a augmenté de 30,1% entre mars 2018 et mars 2019.