Derniers billets

La pauvreté mondiale divisée par deux : à qui revient le mérite ?

Le monde a réduit de moitié l'extrême pauvreté lors des deux dernières décennies, faisant passer son taux de 36% en 1990 à 18% en 2010. Selon la dernière édition du rapport d'étape de l'ONU sur les OMD (2014), le premier objectif, et peut-être le plus important de tous, à savoir «  réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de personnes dont le revenu est inférieur à 1,25 dollar par jour », a été atteint cinq ans en avance par rapport à l’échéance 2015. Ledit rapport « réaffirme que les OMD ont fait une différence profonde dans la vie des gens ».

Afrique du Sud : Les dégâts du contrôle des changes

Même si le contrôle des changes en Afrique du Sud semble inconstitutionnel, la banque centrale sud-africaine (SARB) a tout fait pour défendre sa politique de change lorsque M. Shuttleworth, l’entrepreneur milliardaire, a demandé à la Cour constitutionnelle de déclarer cette politique abusive.

Cameroun : Remédier à la sous-utilisation du budget d’investissement public

Depuis plusieurs années maintenant, le Cameroun est confronté à une sous-utilisation grave de son Budget d'investissement public (PIB). Les fonds alloués à l'investissement public au Cameroun ont été curieusement sous-utilisés alors que l'Etat peine sous le fardeau de graves problèmes de développement et d'infrastructure. En 2013, le taux d'exécution a été plus faible en raison de la mise en place d’un système de budget dont le modus operandi n'a pas été bien compris par de nombreux agents de l'État.

Relancer le secteur manufacturier pour la prospérité économique en Afrique

La part de l'Afrique dans la production manufacturière mondiale est passée de 0,9% à 0,8% entre 1980 et 2001. En 2012, ça n’a pas beaucoup changé puisqu’elle stagne à 1%. Il est assez difficile de ne pas faire le lien avec le fait que les 25 des pays les plus pauvres au monde se trouvent en Afrique. Soulignons que ces deux dernières décennies, c’est la prédominance de l’industrie manufacturière de l'Afrique du Sud qui est à l’origine de 27,3% de la valeur ajoutée manufacturière créée par l'Afrique sub-saharienne. Déprimant alors qu'il existe 54 pays en Afrique! Cela signifie que les autres pays du continent somnolent. Il est clair que le continent et plus particulièrement l'Afrique subsaharienne, est la région la moins industrialisée du monde.

Les cinq réformes nécessaires dans l’administration publique en Afrique

L'absence de reddition de compte et la montée de la gabegie dont fait preuve l'administration publique en Afrique est contraire aux principes de management public applicables en démocratie. Les nominations, les affectations, les attributions de marchés publics, les recrutements, sont plutôt des outils de rétribution des « soldats électoraux ». Cette logique de rente électoraliste qui bloque les ascenseurs sociaux s’oppose à la logique de création de valeur qui conduit au développement. La question est de savoir si l’Afrique peut se permettre de continuer dans ce sens. Quelles réformes administratives seraient nécessaires pour accompagner le développement et la démocratisation du continent?