Derniers billets

Afrique : l’approche « Genre » ne peut être réduite à de la discrimination positive

Nombreux sont les projets dédiés au « genre » qui ont fleuri ces dernières années en Côte d’Ivoire. Des programmes spécifiquestels que « Crossroads », stratégie sur 5 ans de la Banque Africaine de Développement (BAD) axée sur l’émancipation économique de la femme – aux réformes législatives favorables aux droits des femmes, comme la modification en 2012 du code de la famille. Le « genre » semble s’implanter progressivement dans les priorités politiques ivoiriennes.

Comment améliorer l’accès aux soins médicaux en Afrique?

L’innovation dans la technologie médicale, a mis à la disposition des scientifiques, au cours des cinq dernières décennies, de puissants outils pour développer de nouveaux médicaments et procédures qui ont abouti à des progrès sans précédent en matière de longévité humaine. L'espérance de vie à la naissance dans le monde a considérablement augmenté en passant d’une moyenne de 52 ans en 1960 à une moyenne de 71 ans en 2013. Il ne peut y avoir aucun doute quant aux avantages extraordinaires que les progrès en matière d'innovations médicales ont apporté à l'humanité (aider les gens à vivre plus longtemps, plus sain et plus heureux).

Redonner de l’espoir aux enfants d’Afrique

Au tournant du 20e siècle, nous savons tous que - même dans certains des pays riches d’Afrique – on trouve encore jusqu'à 30% des enfants qui n'ont jamais atteint l'âge de cinq ans. Aujourd'hui, des millions d'enfants ne vont toujours pas à l'école et continuent d’aller au lit affamés, une faim qui à son tour retardera le développement de leurs cerveaux et impactera négativement leurs notes à l’école et in fine leurs perspectives de carrière. Beaucoup d'enfants travaillent encore dans des conditions inacceptables. Beaucoup d’entre eux sont victimes de traite et souvent meurent dans des États fragiles, et dans les pays en guerre ou en conflit prolongé.

Les « petites bonnes » au Maroc : nouveau visage de l’esclavagisme

Selon le « collectif pour l’éradication du travail des petites bonnes », entre 60 000 et 80 000 fillettes de 8 à 15 ans sont exploitées comme domestiques au Maroc. Une forme de traite humaine perdurant dans ce pays demeuré très inégalitaire, et qui touche la majorité des pauvres. Comment en est-on arrivés  ? Et comment s’en sortir ?

Afrique du Sud : S’insurger contre les politiques irresponsables

La décision de la Haute Cour de Pretoria (Afrique du Sud) lors du procès intenté par la compagnie aérienne privée Comair pourrait désespérer. En effet, elle va permettre au gouvernement de continuer à détourner avec insouciance l'argent public au profit des riches qui gèrent et ceux qui volent à bord de la South African Airways (SAA). On pourrait aussi être désespéré par les ministres qui ignorent leurs promesses et leurs engagements, quand ils appâtent les gens vers des compagnies privées sous de faux prétextes, et en même temps maintiennent sous perfusion les dinosaures de l'apartheid en faillite.