Derniers billets

Corruption au Nigéria : Complicité des entreprises

Selon les experts des finances publiques, les recettes perçues par le gouvernement fédéral nigérian, de 1999 à 2014, ont atteint 690 milliards de dollars. On se demande alors pourquoi le développement du Nigeria stagne ? Comment la croissance économique peut-elle chuter ainsi que les réserves de change alors que la dette augmente après avoir recueilli en moyenne 9,2 milliards naira de revenus chaque année depuis 15 ans? La cause est indiscutablement le poison de la corruption. On estime en effet que 400 milliards dollars des revenus pétroliers du Nigeria ont été volés ou mal dépensés depuis l'indépendance en 1960.

Maroc : la productivité secret de la compétitivité

Le 2 juin dernier, la patronne des patrons, Mme Miriem Bensalah-Chaqroun a déclaré : « qu’aucun pays à travers l'histoire de l'industrie n'a bâti une économie pérenne sur des bas salaires ». D’aucuns lui répliqueront: oui, mais que faîtes-vous de la Chine, de la Corée du Sud, et de tous les autres tigres et dragons asiatiques, qui ont profité de leur main d’œuvre qualifiée et bon marché pour en faire un avantage comparatif dans la course à la compétitivité ? Celle-ci peut porter soit sur le prix de vente (compétitivité-prix), soit sur d’autres avantages comme l’innovation et la qualité (compétitivité-hors-prix).

Procès Hissène Habré : L’Afrique jugera-t-elle l’Afrique ?

Le 30 mai 2016 restera à jamais marqué dans l’histoire du continent africain. Un ex-chef d’Etat africain a été jugé et condamné par un tribunal africain. Après un long processus judiciaire qui a connu plusieurs rebondissements, Hissène Habré, l’homme qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990 et qui était accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de torture s’est vu condamné à perpétuité par un tribunal spécial à Dakar. Un exploit historique pour plusieurs observateurs qui pensent que ce procès augure d'une nouvelle justice africaine basé sur le principe: l'Afrique juge l'Afrique. Peut-on céder à cette euphorie ambiante ?

Succession présidentielle en Algérie : le peuple bâillonné ?

L’Algérie va de mal en pis. Le pouvoir en place qui a, littéralement dilapidé l’embellie financière du pétrole, au lieu de sortir le pays de son marasme socioéconomique, ne veut pas lâcher prise. Voyant l’état de santé du Président de la République s’affaiblir de jour en jour, il s’obstine à chercher un successeur pour l’imposer. Le citoyen aura-t-il son mot à dire ?

L’africapitalisme : un tremplin pour une agriculture prospère

Le paradoxe mondial de la sécurité alimentaire est triste car d'un coté, il y a plus de nourriture que nécessaire pour nourrir les sept milliards d'habitants de la planète. De l’autre, un trop grand nombre de personnes vit dans une grande fragilité alimentaire. L'autre ambivalence est que l'Afrique dispose de 60% des terres arables non cultivées dans le monde tout en abritant la plus grande population de personnes souffrant de faim chronique et de malnutrition.