Derniers billets

Afrique du Sud : il est temps de vivre et de laisser vivre

Le statut économique médiocre de l’Afrique du Sud est le fruit direct de l’intransigeance politique. Les décisions actuelles du gouvernement ignorent les leçons de l'histoire. Dans un contexte où l’économie est déjà fragile, l’élaboration persistante de politiques défavorables est carrément destructrice et conduit à une réduction des investissements productifs, ce qui cause des torts indicibles aux citoyens.

Comment faire de la zone de libre échange africaine une opportunité ?

Cela fait exactement 30 ans, depuis 1989, que l’Union africaine et l’Assemblée générale des Nations Unies ont célébrer la Journée de l’industrialisation de l’Afrique. Au cours de ces 30 années, beaucoup de choses concernant le développement de l’Afrique ont changé. L'engagement du continent en faveur de l'intégration économique et du commerce constitue un changement essentiel, condition indispensable à sa compétitivité, ce qui est essentiel pour la qualité de sa croissance.

Kenya : l’abandon du plafonnement des taux d’intérêt

En 2016 le gouvernement kenyan avait opté pour le plafonnement des taux d’intérêt. Cette mesure visait à réduire le coût du crédit et permettre aux pauvres d’accéder au financement. Trois ans après son entrée en vigueur, le gouvernement a demandé et obtenu son abrogation. Pourquoi une telle décision est-elle sage ?

Kenya : stop à l’acceptation des violences faites aux femmes !

Violence faite aux femmes au Kenya

L’Afrique subsaharienne présente l’un des taux de violence domestique les plus élevés au monde. Au Kenya, plus de 47% des femmes sont victimes de violences physiques et sexuelles. Ce taux est supérieur à la moyenne mondiale. 25% des femmes dans le monde sont victimes de violence avec leur partenaire intime au moins une fois dans leur vie. Au Kenya, cependant, la violence domestique à l'égard des femmes augmente à un rythme alarmant.

Sénégal : Macky Sall essaye de masquer son autoritarisme

Macky Sall essaye de masquer son autoritarisme

Réélu au mois de février 2019, le président sénégalais, Macky Sall, a entamé son deuxième mandat à la présidence en promettant un dialogue «constructif» avec l’opposition. Cela faisait suite à des élections tendues au cours desquelles Sall était accusé d'empêcher certains de ses principaux rivaux de se présenter. En principe, le dialogue politique est une composante du dialogue national annoncé par le président. Mais au Sénégal, il est souvent utilisé comme moyen de manipuler l’opinion publique et de donner un répit à un gouvernement critiqué pour ses tactiques autoritaires.